«

»

jan 29

La censure d’Internet en Egypte est-elle possible en France ?

Coupure d'Internet en Egypte (janvier 2011)

Coupure d'Internet en Egypte (janvier 2011)

C’est avec un peu d’étonnement et de surprise que j’apprends que l’internet a été pratiquement éteint par Moubarak en Égypte. Bêtement, j’avais cru que l’avantage, ou plutôt disons, la caractéristique de ce réseau est que quand un ordinateur du réseau est neutralisé, les informations trouvent automatiquement un autre chemin pour arriver à son destinataire. Je pense entre autres à ces fameux pings que les techniciens du réseau nous demandent de faire quand nous nous plaignons de nos accès.

Mais là où nous sommes dépendants et donc vulnérables en tant que client et destinataire final de l’internet, est que nous chacun de nous est connecté directement à son fournisseur d’accès à internet. Ce même fournisseur est lui même connecté au réseau global, mondial, donc plus ou moins directement à tous les autres gros ordinateurs du réseau. Donc c’est là que le bât blesse !

Dans un premier temps, comme dans des pays comme la Chine, le fournisseur à la demande des autorités nous empêche d’accéder à un site particulier. Par exemple, YouTube. Du point de vue technique, le fournisseur d’accès bloque l’adresse, ou les adresses IP de ce site. Bien entendu, il y a la parade qui est de passer par des proxy. Cela consiste à passer par un site intermédiaire qui elle va nous connecter au site désiré. Habituellement, les fournisseurs d’accès n’y peuvent pas grand chose, car il serait aussi obligé de repérer ces proxy là afin de les bloquer.

En général, les fournisseurs d’accès ne se donnent pas la peine d’aller si loin. Parce-que cela leur coûterait trop de tout surveiller comme cela. Et puis, comme ce sont quand même les clients qui les payent, ils préfèrent mieux rester laxistes. Et surtout plus laxistes que leurs concurrents, sinon, les clients vont aller voir « à la crèmerie d’en face ».

Que voyons nous là alors ? Eh bien que la concurrence entre les fournisseurs d’accès à Internet nous sauve d’une censure trop forte. En Égypte, nous apprenons qu’il y a en réalité quatre fournisseurs d’accès alors qu’en France il y en a environ une centaine. En Égypte, les fournisseurs d’accès sont en quasi monopole, donc au bout du compte, ils n’ont aucune crainte de leurs clients. Bon, d’accord, en France aussi nos fournisseurs d’accès à Internet nous prennent souvent pour des imbéciles, mais quoi qu’il en soit, nous avons quand même le choix entre pas mal de blancs bonnets et de bonnets blancs. Et chacun de cette centaine de fournisseurs d’accès à Internet Français se méfie quand même à ne pas se retrouver à être le dernier wagon.

Par ailleurs, en Égypte, le gouvernement de Moubarak, au pouvoir depuis trente ans peut tout simplement, je veux dire avec une grande facilité, faire une « descente » chez chacun de ces fournisseurs, et les obliger à s’exécuter. Ainsi, il est facile pour le gouvernement Égyptien d’interdire aux citoyens d’accéder à FaceBook ou à Twitter. Par contre, c’est une autre paire de manches techniques que de bloquer, surtout en urgence les proxys de par le monde. D’ailleurs, combien y en a-t-il ? Et, géographiquement parlant, où sont-ils ? Combien s’en créent quotidiennement ? Combien disparaissent ?

En fait, la solution est tout simplement de confisquer l’internet, d’un point de vue global à tout le monde. Bref, à éteindre internet. Et c’est ce qui a été fait, à quelques petites exceptions près, comme la bourse du Caire par exemple.

Maintenant, qu’en est-il de La France ? L’état Français peut-il ordonner à la centaine de fournisseurs d’accès à internet de fermer leurs robinets ? Hormis le fait de savoir si c’est légal ou pas, techniquement cela est-il possible ? En effet, Moubarak ne va pas se poser la question de la légalité de son exigence devant l’urgence critique de la situation. Eh bien, moi je dis que l’état Français est suffisamment puissant pour obliger la centaine de fournisseurs d’accès en France à lui obéir. Nous avons suffisamment de policiers, gendarmes, CRS et militaires en France pour faire exécuter ces ordres s’il le faut. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, la centaine de fournisseurs d’accès sont tous extrêmement rapidement identifiables.

Conclusion, c’est possible aussi en France. Tout comme c’est aussi possible aux États Unis. Mais alors, pourquoi cela n’arrive-t-il pas ?

Cela n’arrive pas en France, parce-que quoi que nous disions, la démocratie Française est quand même réelle. En France, nous avons de nombreux systèmes de régulation politique qui font que ce genre de crise comme il y a en Égypte a très peu de chances d’arriver. Nous dirions tout le mal que nous pensons de Sarkozy, il ne restera quand même pas au pouvoir pendant trente ans. Déjà, certains pensent qu’il peut ne pas être réélu en 2012.

Et, hypothèse, s’il n’est pas réélu en 2012, il ne va sûrement pas s’accrocher au pouvoir en 2017 au prix d’une crise politique très grave. Comme nous pouvons le voir en Égypte, voire en Tunisie.  Car si Ben Ali est parti, ses lieutenants essayent quand même de rester en place. Cachés mais en place. Et je ne parlerai pas de la Côte d’Ivoire. Autre tragédie très compliquée !

Ce genre de choses n’arrivera pas en France parce-que tous les hommes et femmes politiques de France savent qu’il n’est pas raisonnable et réaliste de vouloir faire la dictature. L’erreur de Moubarak est de croire que s’il arrive à museler, à éteindre internet en Égypte, il va pouvoir rester en place. Car même s’il arrive à éteindre, à fermer l’internet, ce ne sera que momentané. Une, deux semaine ? Allez, soyons généreux, disons un mois, voire deux.

Mais après, il lui faudra ouvrir à nouveau les vannes. Et chaque Égyptien va à nouveau s’exprimer sur internet. Avec ou sans FaceBook, ou Twitter. Et la boîte à pandore sera à nouveau ouverte. Et enfin, les Égyptiens vont à nouveau s’exprimer, mais cette fois ci ce sera de plus belle. Car, en plus du problème qui ne sera pas résolu, il y aura le ressentiment, les douleurs réprimées, et beaucoup d’énergie destructrices emmagasinée.

Moubarak aurait dû suffisamment trop tourner la page. La sagesse est de savoir tourner la page, de savoir partir suffisamment tôt quand il le faut. Il n’est jamais trop tard pour tourner la page, le plus ennuyeux est que la page se tourne inéluctablement contre son gré. Qui que l’on soit. Moubarak, ou Ben Ali ou quiconque de par le monde. Il ne faut pas s’arc-bouter au pouvoir.

Georges W Bush, Bill Clinton, Tony Blair, Giscard d’Estaing n’étaient vraiment pas trop vieux quand ils ont quitté démocratiquement le pouvoir. Mais j’admets avec désillusion, que nous n’allons pas comparer les États-Unis, La Grande-Bretagne ou la France avec la Tunisie, ou l’Égypte, ou beaucoup d’autres pays Africains, ou Asiatiques comme la Birmanie par exemple.




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

1 comment

  1. Jojo

    Il est fortement déconseillé au gouvernement en France d’arrêter Internet ou même de le censuré, ce serrais contre productif pour l’état déjà, la consommation sur internet en Europe doit quand même être asser importante et je penses qu’ils doivent toucher un pourcentage la dessus (je ne suis pas expert en économie. Et puis je penses aussi que le peuple Français est souvent d’humeurs manifestants donc si ils ne veulent pas avoir avoir un nouveau 2005 mais en 10 fois plus importants vu que cette fois si tout le monde serrait toucher du pauvre des « cités » aux riches des « pavillons » de Neuilly.Ils ne se risqueraient pas en plus de ternir leurs image mondiale du pays des droits de l’homme.

Laisser un commentaire