«

»

Fév 12

Le business model de votre entreprise ?

boulangerie

boulangerie

Au fil des péripéties de ma vie, je me suis souvent posé le question de savoir, mais quels sont les points communs à tous les business plan des affaires qui marchent. Je pense que je ne suis pas le seul à m’être posé cette question.

Cette question se pose à partir du moment où l’on souhaite, ne serait-ce qu’un peu monter sa boîte. Par contre, ceux qui héritent d’une affaire n’ont pas trop à se la poser. Par exemple, mes parents sont boulangers, et je vais prendre leur succession. La question est pour ce genre de cas de savoir, est-ce que je maîtrise la technique, tant de fabrication du pain que de la vente de façon générale des produits ?

Mais quand il s’agit d’une activité nouvelle, eh bien il faut bien se poser les bonnes questions.

Être professionnel

C’est ce que l’on nous dit. Soyez professionnel. Qu’est-ce qu’un professionnel ? En réalité, c’est quelqu’un qui est suffisamment spécialisé et qui maîtrise sa technique. Par exemple, un boulanger est quelqu’un qui ne fait que du pain. Il ne soigne pas les malades, il ne bricole pas chez vous, il n’enseigne pas à vos enfants. A longueur de journées, de semaines, de mois et d’années, il ne s’occupe et ne se préoccupe que de pain. Il est donc spécialisé dans son domaine. De la même façon, nous ne passons pas notre temps à penser pain, ni à en faire, ni à en consommer d’ailleurs.

Ce professionnel là alors, spécialisé et à force de ne faire que du pain, dans notre exemple va acquérir un compétence supérieure à la notre sur son domaine.

C’est çà alors un professionnel. Largement plus spécialisé que le commun des mortels, et plus compétent dans son domaine aussi. Bien entendu, le soir, ou quand sa journée de travail est finie, car je ne sais même pas précisément, quand est-ce que sa journée de travail commence et quand elle se termine, il redevient comme nous tous, un « honnête homme » comme nous tous. Un généraliste quoi !

Le boulanger ne devrait pas mieux faire que chacun de nous sa cuisine !

Rentabiliser son affaire

Mais tout çà çà ne nourrit pas son homme. Car un client ou un cliente ne va pas lui consommer tout son pain. Tout le pain qu’il a produit à longueur de journée. Il lui faut donc trouver des clients. Beaucoup de clients. D’ailleurs, le nombre de ses clients est très corrélé, pour ne pas dire proportionnel à sa spécialisation.

Il faut alors au professionnel aller d’une façon ou d’une autre à la chasse au client. Il peut s’agir d’une démarche commerciale ou il va aller chercher ses clients. Les appeler au téléphone, leur rendre visite en faisant du porte à porte ou que n’en sais-je encore. Çà, c’est de la technique commerciale. Ou alors, il ouvre un magasin avec une vitrine alléchante, et ce sont les passants qui, comme des poissons vont mordre à l’hameçon. Tous les poissons ne mordent pas à l’hameçon, et toutes les personnes visitées ne seront pas des clients.

Et c’est là que sort cette notion de transformation. Il y a plus de prospects, les clients possibles qui deviennent effectivement clients.

Le marché

Ce terme de marché est beaucoup utilisé dans le langage courant. Parmi ces utilisations, je pense qu’il y a la notion financière chiffrée suivante. Le marché, c’est le nombre de clients potentiels multiplié par le nombre de produits acheté par un client multiplié par le prix de vente du produit.
Exemple tout à fait fictif : 60 millions de Français. 0,5 baguettes par jour par Français. 1 Euro la baguette (j’ai dit chiffres fictifs !). Cela nous donne 60.000.000 X 0,5 X 1 = 30.000.000 Euros par jours.

Maintenant, il n’y a pas encore de boulanger qui vend son pain à tous les Français. Les boulangers en général couvrent un quartier. Imaginons, que son quartier a 1.500 habitants, son marché journalier vaut alors 750 euros.

Les investissements

Et voilà qu’arrive la deuxième partie du sujet, après avoir défini un marché et aussi le produit spécialisé à vendre à ce marché. Comment faire pour délivrer au marché identifié ces productions ? Et surtout comment faire pour les produire à un coût inférieur au prix que le marché accepte de les payer ? Il faut acheter des machines, qui seront utilisées pendant un temps suffisamment long, qui soit suffisamment sophistiquées pour que pour aucun des clients, l’achat de telles machines ne soit rentable. Il faut mettre au point son procédé en assemblant ces machines, et aussi son énergie humaine personnelle pour élaborer les process, un bien grand mot, de son activité.

Un produit spécialisé, un coût compétitif en profitant des économies d’échelles, des investissements hors de portée d’un client quelconque et aussi les infrastructures de vente. Et de l’huile de coude, comme tout le monde. Et puis voilà.

Quelques exemples d’affaires

  • Boulanger, nous en avons déjà suffisamment parlé
  • Salle de sport, avec plein de machines. Les clients ne vont pas acheter toutes la variété des machines que nous pouvons trouver dans une salle de sport. Non seulement, il ne va pas passer 100% de son temps sur des machines, ensuite il n’aura pas la place chez lui. Et puis, les machines, çà coûte cher ! Conclusion, le client va aller de temps en temps en salle de sport, ou plutôt une petite partie de son temps en salle de sport et il va profiter pendant un court laps de temps de toute la variété de infrastructures à sa disposition.
  • Location de camionnettes de déménagements. Force est de reconnaître que déménager est une corvée pour tout le monde. Mais il est prouvé que nous devons tous déménager à un moment ou à un autre de notre vie. Les statistiques indiquent qu’un Français déménage une fois tous les huit ans en moyenne. Personne ne va acheter des camionnettes pour déménager, pour un mauvais long weekend qui n’arrivera que tous les huit ans. Par contre le loueur qui va acheter la camionnette va devoir trouver une population suffisamment nombreuse pour rentabiliser son affaire.

Bien entendu, nous n’avons pas vu tous les types d’affaires possibles. Exemple, quel est le business model d’un médecin ? ou encore d’un hyper-marché ? ou encore d’une grande compagnie aérienne ? Peut-être il y a des ressemblance avec ce qui a été traité ci-dessus, mais il y a peut-être aussi d’autres spécificités.




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

Laisser un commentaire