«

»

Fév 09

Webmatrix aux MicroSoft-Tech-Days, kesako ?

WebMatrix

WebMatrix

Webmatrix aux Tech Days de Microsoft, en débutant le 08 février, une chose bizarre m’a étonné. Oui, il s’agit de WebMatrix. A première vue, c’est un genre de générateur automatique de site web.

Bien entendu, ce n’est pas totalement automatique, il faut quand même savoir un peu ce que l’on veut comme site. Un site de publication de nouvelles, donc un CMS en gros, un site de e-commerce ? Ou un site de gestion autre. Mais ensuite, la réalisation d’un site se passe de façon tout à fait conviviale. WebMatrix permet même d’intégrer Twitter dans son site. C’est quoi çà ? Eh bien en fait c’est un iframe tel que je le comprends.

Bref, quand on regarde la documentation, tout a l’air d’être facile.  Je crois qu’on peut avoir un bon site dynamique rapidement. En effet, WebMatrix gère aussi les liens avec une base de données. La question est toujours de savoir dans ce genre d’outil, quelle est la qualité du code obtenu ? L’expérience nous le dira dans les jours à venir.

Deuxièmement, Microsoft nous dit aussi pouvoir gérer des sites fait avec des CMS répandus. Exemple Drupal ou WordPress. Et effectivement, j’ai vu très rapidement lors de la présentation un site WordPress, côté sources en PhP, CSS et JavaScript. Effectivement alors, on peut modifier un site fait avec WordPress. Et c’est là que je suis troublé. Mais modifier quoi ?

Modifier le standard de WordPress ? Hou là ! Hou là ! Ho là ! Non, non et non. Car si jamais on fait çà, à la prochaine release de WordPress, on est foutu ! Soit tout reprendre, sachant que de surcroît, va-t-on réellement savoir qu’est ce qui précisément a été modifié d’une version à une autre, et comment le répercuter à nouveau ? Alors méfiance extrême, pour ne pas dire véto total.

Le standard du CMS, que ce soit WordPress ou Drupal ou autre d’ailleurs doit être respecté. Les seuls endroits où l’on peut faire quelque chose, c’est sur son thème et ses plugins. Et quand je dis thème, il s’agit bien du thème que l’on a développé soi-même from scratch ou un thème enfant d’un thème que l’on a choisi, thème choisi qui ne doit absolument pas être bidouillé, car çà arrive que les thèmes téléchargeables aient aussi des montées de version. Et les plugins modifiés doivent être des plugins de son propre cru, même s’ils sont copiés, et améliorés d’un autre plugin libre.

Conclusion, je ne vois pas trop l’intérêt avec un CMS open source. Peut-être pour les « débutants » d’avoir une arborescence des répertoires et d’avoir un éditeur de code source convivial. Mais avant de toucher à tout source, le « débutant » doit quand même savoir un peu ce qu’il fait ! Donc le « débutant » n’est pas si débutant que çà, car il a intérêt à savoir un peu ce que sont les langages de son CMS, et surtout l’architecture de celui-ci. Certains disent qu’un CMS est pratiquement un FrameWork. Et j’ai l’impression que WebMatrix en est en quelque sorte un aussi. Alors pourquoi sur-ajouter ?

Par contre, pour un nouveau site web non basé sur les CMS, support de millions de sites web aujourd’hui, eh bien je suis d’accord, WebMatrix est pertinent. Et puis ce qu’il faut aussi savoir, c’est que cet outil, gère la base de donnée ainsi que le serveur. Quelle base de donnée ? Quel serveur ? Bien entendu, la base de données de Microsoft et le serveur de Microsoft. Et çà, ce n’est pas gratuit je pense, ou à un moment donné, il va falloir passer à la caisse. Car, j’ai eu un peu de mal à caser le fait que WebMatrix est en téléchargement gratuit ! Comme MySQL, comme Apache.

A plus tard, nous en reparlerons.




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

Laisser un commentaire