«

»

Août 27

PSG, fric, vedettes et équipe

Tour Eiffel - PSG

Tour Eiffel – PSG

Quelles déceptions ! Le PSG n’a toujours pas marqué de buts en cet été 2012. Et pourtant, avec la débauche d’argent qui a eu lieu, nous aurions espéré au moins un miracle. Mais rien ! Rien ! Rien que des nuls ! Dans tous les sens du terme.

Ibrahimovic

Bien entendu, je n’ai rien contre Ibrahimovic. C’est sûrement un bon joueur. Mais vaut-il réellement le prix payé ? Je commence à en douter. Tout comme j’en doute pour les autres joueurs achetés à prix d’or. Mais ne leur jetons pas trop fort la pierre. Surtout à titre individuel.

France, championne du monde

Mais ce qu’il y a, c’est que en France, depuis peut-être 1998, nous avons trop tendance à oublier que le football est un sport d’équipe. Oui, c’est un sport d’équipe, et s’il faut encenser quelqu’un, ce ne sont pas les joueurs pris individuellement, fut-il Zidane. Non, c’est l’équipe entière qu’il faut encenser. C’est le jeu de cette équipe. La stratégie de jeu. Pour l’équipe de France de 1998, nous souvenons nous encore d’Aimé Jacquet ?

L’entraineur

Alors, moi je dis la chose suivante : Les sponsors du PSG devraient plutôt regarder du côté de l’entraineur. Car pour gagner, il faut une stratégie. Il faut créer un jeu. Un jeu d’équipe. Une stratégie de jeu. Et des tactiques. De la motivation, cette énergie qui va transcender chacun des joueurs. Énergie d’ailleurs qui ne vient pas que de l’argent. Un entraineur n’est pas un prof de gym qui va faire faire des mouvements mécaniques à des potaches. Un entraineur est un entraineur, un coach, un animateur. Bref, tous ces mots que les commentateurs de télévision utilisent, galvaudent et répètent comme des automates, sans même plus les sentir.

Équipe de stars

Et justement, je tombe sur cette vidéo de Guy Roux, qui dit en quelque sorte ceci : Avec des joueurs pas trop côtés, on peut faire une équipe avec des stars. Que l’on peut vendre tels quels après. Et en négatif photographique de ceci je comprends que : si on embauche des stars dans une équipe, cette équipe ne sera que moyenne et de plus on diminuera la valeur marchande des joueurs.

Équipe professionnelle

Dans l’entreprise, c’est pareil. D’ailleurs, qu’est ce qui différencie réellement une équipe de foot professionnelle d’une équipe dans une entreprise ? Alors donc, dans l’entreprise, nous avons parfois des « experts » qui se prennent pour des vedettes. Ou que l’on prend pour des stars. On en met plusieurs étant donné qu’on est riche et qu’on ne sait pas trop comment placer l’argent. Mais catastrophe ! La performance n’est pas là ! Et bien entendu, chacune de ces vedettes veut être l’animateur de l’équipe. Et conteste le manager de cette équipe, j’ose le dire, de merde. Moi je suivrais les conseils de Guy Roux : vendez les vedettes aux autres. Prenez de modestes talentueux. Vous gagnerez sur quelques tableaux : la rentabilité financière, les résultats opérationnels de l’équipe et en plus vous aurez révélé des talents. Allez ! Bonne rentrée !


Guy Roux : « Je me méfie des entretiens… par Cadremploi




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

Laisser un commentaire