«

»

Sep 27

Séisme près du centre Nucléaire de Cadarache, France

CEA Cadarache30 km plus précisément. Ce qui fait que ce n’est vraiment pas loin. Le tremblement de terre a eu lieu le 19 septembre 2012. Cadarache est l’un des 10 centres de recherche du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA). Ses activités sont axées sur l’énergie nucléaire (la fission et la fusion) et d’autre technologies.

L’intensité du séisme sur l’échelle de Richter a été de 3,5. Pas suffisamment grave pour mériter une alerte ? Je en crois pas. Quoi qu’il en soit, ceci méritait au moins une information de la part des officiels.

Or il n’y a eu aucune communication sur ce qui aurait pu provoquer un accident grave. Le mutisme n’est pas un bon management. Une communication bien préparée et pertinente est largement mieux qu’un mutisme. Mutisme guidé par la crainte d’affoler les populations. Et surtout aussi, la population Française dans son ensemble.

Communication nucléaire merdique, ce n’est pas qu’au Japon que l’on a cela. En France aussi. Peut être est-ce une des caractéristiques du nucléaire ?

Allez, voici quelques liens pour agrémenter vos soirées de réflexion sur le sujet :

 

Séisme à 30km du site nucléaire de Cadarache en France

Séisme à 30km du site nucléaire de Cadarache en France. il faut fermer immédiatement et sans condition les sites nucléaires.

 

Grave problème de sûreté sur 8 réacteurs nucléaires, en cas de

Le Réseau Sortir du nucléaire affirme avoir reçu des documents internes d’EDF et de l’IRSN faisant état d’anomalies sur les installations de stockage du combustible usé des centrales nucléaires de Paluel (Sainte-Maritime),




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

(1 commentaire)

  1. gold price

    Les anti-nucléaires contestent les conclusions de ces études, en arguant de la partialité des organismes les ayant financés. Ils affirment que les risques réels sont bien supérieurs et citent diverses défaillances qui, d’après eux, contredisent les études officielles (notamment l’inondation de la centrale nucléaire du Blayais en décembre 1999 , ou, plus récemment, les conséquences d’un tremblement de terre sur la centrale nucléaire japonaise de Kashiwazaki-Kariwa en juillet 2007 , la mauvaise communication sur la fuite de la centrale de Krsko en juin 2008 ). D’autre part, ils rappellent qu’il existe toujours dans le monde (mais pas en France) des centrales en activité ne disposant pas d’enceintes de confinement (c’était le cas de la centrale de Tchernobyl ).

Laisser un commentaire