«

»

Nov 25

Maigrir, points clés

Maigrir

Maigrir

Maigrir, quoi qu’il en soit, c’est un objectif pour probablement beaucoup de nous tous. Le surpoids est un problème dans beaucoup de pays aujourd’hui. Des régimes révolutionnaires, il en a souvent de nouveaux qui apparaissent. Mais à la longue, je me demande lesquels sont les plus efficaces.

Plus et Moins de Calories

Mais d’abord, que nous faut-il pour maigrir ? Ce qui est fondamental, c’est d’ingurgiter moins de calories que l’on ne dépense. Mais, çà, vraiment çà me fait une très belle jambe ! Qui d’entre nous, que l’on soit dans une vie « moderne » ou plus naturelle a réellement la possibilité de compter les calories que l’on ingurgite ? Pour moi, c’est mission impossible dans la pratique. Il faudrait pour cela mesurer au gramme près chaque aliment que l’on prend et surtout connaître la quantité de calories par grammes de cet aliment. Et la mesure doit être précise. Personne n’a le temps d’avoir une balance de précision toujours à portée de main, ni un tableau détaillé de l’apport calorifique par unité de poids de chaque aliment. Sachant de plus que nos aliments sont toujours des mélanges. Par exemple, dans une purée, il y a des pommes de terre, peut-être du lait, une noix de beurre et du sel. Et dans une salade de fruits ? Et dans tout autre plat ? A titre personnel, je pense que c’est mission impossible de voir cela de façon aussi analytique et détaillée. Et puis, vous feriez çà à la cantine devant tous vos collègues ?

Mais ce qui est essentiel, c’est toujours de manger moins que ce qu’on dépense en calories, de part notre activité physique. Comme la méthode analytique, qui nécessiterait un tableur Excel à table et une balance électronique de précision ne marche pas, il faut donc aborder la question de façon globale.

Globalement quand même, le sujet peut être pris en étau. Non ! Pas « peut être » , mais « doit être » pris en étau. Il faut, à la fois dépenser plus de calories que de nécessaire, et en ingurgiter aussi moins que de nécessaire. Faire seulement l’une de ces deux choses là n’a pas d’efficacité.

La clé, la progressivité

Pourtant nos expériences personnelles nous montrent que les efforts peuvent être contreproductifs. Qui, après des prises de résolutions exemplaires n’a pas déjà fait beaucoup de sport pendant un jour ou deux ? Qui aussi n’a pas décidé de faire un genre de grève de la faim sans raison idéologique de un ou deux jours ? Résultat ? Un à deux kilos en plus ! Catastrophe !

La clé, c’est la progressivité. La progressivité dans les dépenses caloriques, typiquement du sport. La progressivité aussi dans le fait d’ingurgiter moins de calories. Voilà tout. Comment et Pourquoi ?

La progressivité dans le sport consiste à en faire de plus en plus fréquemment. D’abord. Ensuite, mais ce n’est pas une obligation, en faire de façon plus intense et avec des séances plus longues à chaque fois. Mais limitons nous au basique, qui est l’augmentation de la fréquence. D’abord, faisons du sport. A un rythme hebdomadaire, puis bi-hebdomadaire, puis trois fois par semaine et ainsi de suite. De toutes les façons, nous serons limités par des contraintes de gestion d’emploi du temps à u moment donné. Mais le principe est là.

Le sport

Évitez de faire du sport sur des périodes concentrées. Par exemple, le samedi et le dimanche. Visez plutôt, une séance le week-end et une autre en milieu de semaine. Puis une fois tous les deux jours. Puis une fois par jour. J’insiste ici sur la fréquence, au détriment de la durée de chaque séance, surtout si elles sont rares. Il vaut mieux faire sept séances de trente minutes de sport par semaine qu’une séance de trois heures trente par semaine.

Si vous faites une grosse séance, en moins de six heures après, vos muscles vous feront mal partout. Normal, il auront été vidés de leur glucose. Ils vont en réclamer. C’est votre foie qui va le leur fournir, en piochant dans ses propres réserves (votre foie gras) puis dans les graisses de votre ventre ou d’ailleurs. Mais çà prend du temps. Beaucoup de temps, c’est à dire peut-être une journée, voire deux. La demande des muscles est pourtant pressante. Vous avez mal, vous vous sentez faible. Qu’allez-vous faire ? (moi aussi d’ailleurs). Eh bien nous mangeons. Nous mangeons parce-que nous savons par expérience que le fait de manger soulage ces symptômes. Et c’est là que nous tombons dans le piège. Nous avons le temps de manger vraiment trop avant que le sucre neuf n’arrive dans tous nos muscles. Les douleurs disparaitront dans la nuit ou le jour d’après, par contre nous aurons déjà ingurgité pour une semaine de réserves.

Conclusion, faire du sport de façon fréquente, au fil des jours.

L’alimentation

Concernant l’alimentation, c’est pareil. Si nous faisons une diète brutale, nous allons vivre le même phénomène. Non seulement nos muscles vont nous faire mal, mais surtout notre tube digestif va douloureusement et de façon (au sens propre) acide réclamer son dû. Nous sauterons comme des fauves sur la malheureuse nourriture si nous n’agissons pas de façon progressive.

Mais agir de façon progressive, çà veut dire quoi ? Çà veut dire manger de moins en moins à chaque repas. Inutile de se casser la tête à savoir s’il faut manger plus de viande ou de fruits ou de féculents. Mangez normalement comme d’habitude. C’est à dire la même chose. Bref, ne changez pas de régime. Par contre, commencer par éviter de vous goinfrer. D’abord, éviter de se goinfrer inutilement. Ensuite de se goinfrer tout court. Puis mangez de moins en moins à chaque fois. Arrêtez de manger dès que vous pensez que vous en avez eu assez. Raisonnablement assez. Puis apprenez à manger un tout petit peu moins. Laissez quelques restes à chaque fois. Et ainsi de suite.

Quand je dis, laissez quelques restes, ce sont quelques restes de chaque chose : Un peu de reste d’entrées, un peu de reste de viande, un peu de reste de légumes, un peu de reste de dessert.

Vous en tirerez deux bénéfices :

  1. Vous ingurgiterez moins de calories
  2. Votre tube digestif réduira ses capacités. Et votre estomac, gros élastique réduira aussi son volume.

Et puis voilà ! Dans tout çà, vous n’aurez plus qu’à trouver les trucs et astuces personnelles pour organiser tout çà. La vie n’est-elle pas belle ?

 




PS : Vous souvenez vous aussi de cet article ?

Laisser un commentaire